Le bénévolat & moi.

Il y a des expériences qui vous façonnent, des moments qui changent une vie. En ce qui me concerne, je crois que c’est le bénévolat dans un refuge qui a fait de moi la personne que je suis aujourd’hui.

J’avais 13 ans lorsque c’est arrivé. A l’époque, une partie de ma famille m’emmenait en vacances dans le Vaucluse, près de la « Cité des Papes », Avignon. Je n’ai plus le moindre souvenir du nom du village dans lequel se trouvait le Mas où nous logions, par contre je me souviens d’une des propriétaires des lieux, Maryse. Une jolie femme aux cheveux grisonnant, qui portait un amour inconditionnel aux animaux. Je me souviens de sa vieille jument à la robe Isabelle, Tanagra. J’aimais beaucoup lui apporter de la nourriture le matin & le soir. Je me rappelle aussi, de ces chiens abandonnés, que Maryse n’hésitaient pas à accueillir le temps qu’ils trouvent une famille. L’un d’eux, Idalgo, était un Dogue Argentin qui débordait d’amour & d’énergie.

idalgo
Idalgo
tanagra
Mon rituel journalier avec Tanagra

Un matin, Maryse nous proposa de venir l’aider à travailler un après-midi dans un refuge SPA (il me semble) à presque une heure du Mas. Il ne fallu pas beaucoup d’arguments pour me convaincre. Il est vrai que j’aimais beaucoup m’occuper des animaux & passer de temps avec eux. J’avais déjà sauvé plusieurs passereaux, pigeons, chats, & même un bébé hérisson (je l’avais appelé Roland), il était donc logique que cette proposition me mette en joie. Nous avons donc pris la voiture, une vieille Citroën Méhari, direction un refuge situé dans une garrigue, presque à la frontière du Gard.

spachien
Chien du refuge en quarantaine

Ma première impression face aux portes du refuge était surprenante. En effet, je m’attendais à arriver dans un établissement triste, délabré, une sorte de prison pour animaux sans moyens & sans amour. Le refuge n’avait certes pas beaucoup de moyens, mais l’amour ne manquait pas chez les salariés & bénévoles. Après quelques présentations à l’accueil en compagnie des chats & chiens en liberté, on me confia la tâche la plus sympathique (il faut dire que je n’étais qu’une enfant) ; sortir les chiens des box & les emmener dans un grand terrain afin qu’ils se dépensent pendant une trentaine de minutes. Les chiens adoraient ces instants de bonheur beaucoup trop rares à cause du manque de personnels. Ma première rencontre, fut celle avec perle, une Husky sibérienne de 5 ans, saisie pour cause de maltraitance. Pour des raisons que j’ignore ou que je ne comprenais pas bien à l’époque, elle ne pouvait pas être mise à l’adoption & devait finir ses jours dans ce refuge. Vous pensez bien, que cette nouvelle m’attristait. Malheureusement, au fil de la journée & des jours passés au refuge, j’allais être amenée à cohabiter avec la tristesse & la misère à de nombreuses reprises. Sasie de chiots pour trafic, abandons lâches, chiens seniors attendant désespérement une famille constitue le lot quotidien des refuges… Mais je crois que l’image qui m’a le plus marquée, était ce beauceron à la peau apparente, rouge sang, semblant avoir été brûlé. A 13 ans, j’avais vu ce dont l’Homme était capable, quand il s’agissait du pire.

yonyonspa
Un chiot arrivant au refuge.

Cependant, le bénévolat c’est aussi ces attentions du quotidien, cette reconnaissance visible, mais avant tout la complicité que l’on tisse très rapidement avec certains animaux. Je garderai toujours en mémoire le jour où l’on ma amenée dans la partie quarantaine, où se trouvaient une dizaine de chiots. J’étais littéralement assaillie de câlins & de bisous. Un moment fort & remplie d’émotions. L’enrichissement personnel est aussi présent. Pour la première fois de ma vie, je me suis sentie utile. Douze ans ont passé & je n’ai pas retrouvé cette sensation depuis. Nul doute que le bénévolat m’ait marquée à vie & qu’il me manque bien plus que je ne voudrais l’avouer. Peut-être est-ce pour cette raison que je tiens aujourd’hui ce blog consacré en partie à la cause animale. Une manière pour moi d’informer, pour participer à quelque chose que je ne peux plus faire physiquement pour le moment, en espérant un jour, revenir à ce premier amour….

chienne
L’amie d’Idalgo

À Idalgo, Perle & tous ces animaux qui ont croisé mon chemin cette année là. Je ne vous oublierai jamais.


 

PS : Merci encore à ma mère d’avoir conservé ces photos sans lesquelles je n’aurais pu faire cet article.

Publicités

3 réflexions sur “Le bénévolat & moi.

  1. C’est très touchant, et c’est le genre d’expérience qui nous change à jamais. J’ai un profond respect pour les bénévoles qui donnent leur temps pour rendre le monde meilleur, et ce n’est pas une image, mais bien une réalité.
    C’est difficile de franchir la porte, et de devenir bénévole, j’ai eu du mal à le faire, j’avais trop peur de ne pas être à la hauteur (trop sensible) et de ne pas pouvoir tenir mon engagement. Mais comme tu le dis, ce sont des lieux, où les bénévoles bourrés d’amour, mettent tout en œuvre pour rendre la vie meilleure de leurs petits protégés. Même si nous n’avons pas le temps d’y passer tous les week-end, ils ont besoin de nos petits coups de mains, de nos dons.
    On voit bien sur tes photos que tu respires la bonne humeur, une bénévole m’avait confié qu’il n’y a rien de mieux que les enfants, qui arrivent avec leur énergie et leur insouciance, les animaux y sont très réceptifs.
    Très beau retour d’expérience, à bientôt,
    Ciiko

    Aimé par 1 personne

  2. Merci Ciiko,

    C’est vrai qu’être bénévole n’est pas une mince affaire, mais j’ai l’impression qu’une fois qu’on y a goûté, c’est encore plus difficile d’arrêter, parce qu’il y a cette culpabilité de ne pas être là dans les moment où on aurait besoin de quelques mains aidantes.
    Je souhaite à toute le monde de pouvoir connaître cette expérience & ses sensations fortes. La tristesse est certes bien là, mais les joies sont bien plus immenses lorsqu’un animal est adopté ou tout simplement reconnaissant. Je trouve que c’est génial aussi pour les enfants, ils gagnent en responsabilité & en maturité tout en ayant leur candeur & leur énergie 🙂

    Bises à toi & Wally,
    Marion

    J'aime

  3. Donner de son temps, de sa « vie », cela nous change c’est sûr, et en bien.Surtout dans notre société qui perd ses valeurs peu à peu. C’est ce que j’apprécie en faisant Chiens Visiteurs. Le bonheur apporté est grand et pourtant il ne se mesure aucunement en argent 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s