10 activités touristiques à bannir.

Les vacances sont souvent synonyme de bonheur & d’évasion. Une occasion aussi de vivre des expériences inédites & de voir le monde qui nous entoure d’une tout autre manière. Ainsi, pour assouvir leur envie d’évasion, 20% à 40% des touristes voyageant à travers le monde, choisissent une activité en rapport avec les animaux sauvages. La Wild Conservation Research Unit (WildCRU) s’est intéressée à ces activités & en a recensé 24 différentes. Chacune a été notée en fonction du bien-être animal & des critères de conservation. Il en ressort que seulement 25% d’entre elles ont un impact positif sur les animaux (ce qui en concerne 130 000). En voici  donc les dix plus cruelles. Celles qu’il faut absolument bannir de votre carnet de voyage.

BALADE À DOS D’ELEPHANT :

joton5rivrphy7ktojk0

Le travail forcé des éléphants commence par une séparation prématurée avec la mère. S’ensuit l’entraînement, appelé « The Crush » ou « Phajaan« , visant à un asservissement total très violent, qui brise l’animal, tant physiquement que psychologiquement. Les éléphants sont battus dès leur plus jeune âge à l’aide de bâtons de bois ou de longs crochets en métal nommés « Bull Hook« . Lorsqu’il est suffisamment dominé & brisé mentalement, l’éléphant est prêt à divertir les touristes. Ils pourront ainsi admirer leurs oeuvres d’art, les toucher ou encore monter sur eux. Les éléphants gardent ces traumatismes à vie, même lorsqu’ils sont sauvés par des associations.

Côté détention, les pachydermes sont enfermés ou enchaînés très court afin qu’ils ne bougent pas, à moins qu’on leur ordonne. Très peu de soins vétérinaires leur sont administrés, laissant parfois les éléphant dans une détresse physique insupportable. En effet, les petites maladies non soignées, peuvent devenir très graves sur le long terme. En Thaïlande, 1 300 éléphants sont torturés pour satisfaire les touristes chaque jour.

CHARMEUR DE SERPENT :

slide_476254_6501706_free

Bien que cette pratique très connue ne date pas d’hier (on rencontre des charmeurs de serpents depuis des siècles), elle n’en reste pas moins responsable de grandes souffrances.

Les cobras & autres serpents vénimeux sont capturés dans la nature, puis leurs dents sont arrachées à l’aide de pinces en métal & leurs conduits vénimeux sont bloqués ou totalement supprimés. Tout cela, bien souvent sans matériels stérilisés. Conséquence ; les reptiles sont ravagés par les infections, finissant souvent par causer la mort de l’animal.

SINGES DANSANTS :

monkeyLes jeunes macaques sont formés brutalement & subissent de nombreux coups pour les dresser à marcher sur deux pattes ou à se comporter comme de véritables petits humains. Ils sont régulièrement déguisés, obligés de danser ou à faire des tours toute la journée, devant les groupes de touristes.

Entre deux travaux forcés, les singes sont enchaînés dans de minuscules cages ou dehors sans pouvoir bouger librement. Lorsque les macaques grandissent, il n’est pas rare que leurs chaînes finissent par pénétrer dans leur peau, causant alors des maladies & infections très douloureuses.

SELFIES AVEC DES TIGRES :

Tiger-Seflie.jpg
Photo : EDA

Les tigreaux sont arrachés à leurs mères alors qu’ils sont tout petits. Ainsi, ils seront rapidement habitués à accueillir, pendant de longues heures, les touristes en mal de souvenirs sensationnels. Il semblerait même que ces animaux soient aussi drogués, afin d’éviter de potentielles attaques, lorsque les touristes les câlinent ou prennent des photos avec eux.

En 2010, on dénombrait 614 tigres détenus essentiellement en Asie, mais aussi en Australie, au Mexique ou encore en Argentine.

SE PROMENER AVEC DES LIONS :

Protea Hotel The Ranch
Photo : Protea Hotel The Ranch

Même chose que pour les tigres. Les lionceaux sont séparés très jeunes de leurs mères, soit à peine un mois après la naissance. Les vacanciers peuvent ainsi faire des séances photos avec eux & sont même autorisés à réprimander les lionceaux s’ils se montrent un peu agressifs ou s’ils ont un « comportement inapproprié ».

Quelques mois plus tard, les jeunes félins qui ont grandi, sont utilisés pour effectuer des balades surveillées avec les touristes. Ils sont, bien entendu, cruellement entraînés pour ça.

PORTER DES TORTUES DE MER :

slide_476254_6502018_free.jpg

Les tortues sont des animaux très fragiles. Timides par nature, elles paniquent vite lorqu’elles sont confrontées à un contact soudain forcé. Alors, quand les Tortues de mer présentes dans ces fermes sont portées par les touristes, il faut savoir qu’elles souffrent d’un stress qui se traduit notamment par des mouvements rapides de pattes (en réalité, elles se débattent). Ces mouvements frénétiques peuvent provoquer des fractures ou des détachements de griffes. En outre, la tension quotidienne qu’elles subissent amenuit leur système immunitaire & augmente donc leurs chances d’attraper des maladies.

Aussi, les touristes peu attentionnés sont responsables d’autres blessures, comme des carapaces cassées (cela peut être mortel !), car ils ne posent pas les tortues délicatement sur le sol. Ainsi, environ 13 000 Tortues sont mortes récemment dans ces fermes, la plupart situées aux Îles Caïmans.

FERMES AUX CROCODILES :

head9a

Ces fermes élèvent en masse des crocodiles pour satisfaire à la fois l’industrie de la mode, de la viande, mais aussi les touristes venus rencontrer des animaux hors du commun. Le milieu de vie des Crocodiles captifs est si épouvantable (hygiène déplorable, animaux entassés dans des fosses en béton, etc…), qu’il tue les spécimens les plus faibles. La surcharge des enclos poussent les reptiles à s’entretuer & à s’arracher mutuellement la peau ou les membres.

Les crocodiles sont très sensibles au stress & ce quotidien anxiogène provoque chez eux des septicémies, contre lesquelles, ils n’arrivent pas à lutter, car le stress rend leur système immunitaire défaillant.

SPECTACLES DE DAUPHINS :

Performing_Bottlenose_Dolphins
Photo : Sea World.

Sujet ô combien d’actualité en France, la captivité des cétacés. Parmi les millions de visiteurs à travers le monde, peu d’entre eux semblent prendre conscience de la triste réalité des delphinariums.

Qu’ils soient capturés en mer ou nés en captivité, les dauphins des parcs marins vivent un enfer journalier. Premièrement, leurs bassins ne conviennent pas à leurs besoins fondamentaux (un exemple parmi tant d’autres : un dauphin parcourt environ une centaine de kilomètres par jour) & l’eau chlorée est responsable de maladies de peau ou encore d’irritation sévère des yeux. Cette angoisse constante conduit chez eux à des crises cardiaques ou encore à des ulcères d’estomac. Résultat ; un dauphin captif a une espérance de vie divisée de moitié par rapport à celle rencontrée à l’état sauvage.

VISITER DES PARCS À OURS :

91223054.jpg

Dans ce genre de parcs, les ours sont condamnés à vivre dans des fosses dépourvues de la moindre distraction, pourtant nécessaire à leur bien-être. De plus, ces enclos sont la plupart du temps surchargés, ce qui dénote par rapport aux habitudes des ours sauvages, connu comme étant des animaux plutôt solitaires ou appréciant la solitude. Il arrive souvent, que des disputes éclatent entre les ours, se terminant par des blessures ou par des infections bactériennes causées par le stress.

Parfois, les ours sont travestis lors de spectacles où ils effectuent des numéros de cirque, comme tenir en équilibre sur un ballon ou faire de la bicyclette. Des activités qui les font extrêmement souffrir.

VISITER DES PLANTATIONS DE KOPI LUWAK :

18civetcoffee_CA0-articleLarge

Le Kopi Luwak, ou Civet Coffee, est un café récolté dans les excréments d’une Civette asiatique, aussi appelée le luwak, un petit mammifère très friand des cerises de caféier. Une seule extraction de ce café peut atteinte la centaine d’euros.

Le mauvais traitement ne se situe pas dans la récolte même, mais plutôt au niveau de leurs conditions de détention. Les luwaks sont capturés & placés dans de toutes petites cages où ils ne sont autorisés à manger que des cerises de caféier., alors que cela ne constitue pas l’essentiel de leur régime alimentaire. Ainsi, ils souffrent de malnutrition & maladies. Beaucoup de luwaks captifs montrent de graves signes d’anxiété, qui se traduisent, entre autres, par de l’auto-mutilation. L’augmentation des visites de plantations de Kopi Luwak en Indonésie participe à une croissance considérable de la souffrance & de la maltraitance des luwaks.

♦ ♦ ♦

En ce moment, 550 000 animaux souffrent le martyr à cause de ce genre de tourisme. Mais alors que faire ? Boycotter ces activités cruelles d’une part, puis diffuser en masse ces informations (sur les sites type TripAdvisor notamment) & promouvoir les activités respectueuses des animaux. Visites de sanctuaires comme le Romanian Bear Sanctuary, ou encore le Samboja Lestari Ecolodge qui receuille des orang-outans orphelins & maltraités, constituent déjà un bon début pour un voyage éthique. En tout cas sachez une chose :

Si vous pouvez monter sur un animal sauvage, le câliner ou prendre des photos avec lui, fuyez !

Vous avez de grandes chances de participer à son enfer.

 

 


Sources & supplément d’informations : 

Mon article se base essentiellement sur le rapport récent de la World Animal Protection en plus de mes connaissances sur le sujet :

Pétition ICI & rapport ICI (anglais)

Site de la WildCRU : ICI (anglais)

Voilà pourquoi vous ne devez plus jamais monter à dos d’éléphant sur Demotivateur & Maxisciences : ICI & ICI

Enlevez le mort « charme » du « charmeur de serpent » sur le blog de PETA : ICI (anglais)

La triste vérité derrière les selfies avec les tigres ou les paresseux : ICI (anglais)

En savoir plus sur les delphinariums avec Dauphin Libre : ICI

Manipulation Marineland : ICI

Wikipédia du Luwak ou Civette Asiatique : ICI

Pourquoi je n’ai pas bu de Kopi Luwak en Indonésie sur Yummy Planet : ICI

Romanian Bear Sanctuary : ICI (anglais)

Samboja Lestari Ecolodge : ICI (anglais)

Pour connaître la sources des photos non citées, il suffit de cliquer sur celles-ci 🙂

 

 

 

 

 

 

Publicités

13 réflexions sur “10 activités touristiques à bannir.

  1. Personnellement, je n’aurais jamais recours à ce genre d’activité. Je préfère aller voir les animaux dans leur environnement naturel. Cependant, si on veut s’occuper des éléphants d’Asie, il est totalement possible dans un parc/réserve naturelle dans le nord de la Thailande (j’ai une copine qui l’a fait). On ne monte pas dessus mais on peut les laver etc. Elle m’en dira plus quand elle revient.
    Malheureusement, il y a aussi des dérives (comme à chaque fois qu’il y a du profit), notamment pour les excursions en mer. Il y a de plus en plus de bateaux (notamment en Norvège pour aller voir les orques) & donc du dérangement pour les cétacés.
    Seule l’information nous sauvera ! 😉

    Aimé par 1 personne

    • L’expérience de ton amie m’intéresse, si tu peux en savoir plus & m’en parler ça serait super. Il faut promouvoir les activités saines & positives pour les animaux.

      Pour le « Whale Watching » il est vrai que l’on commence à voir tout & n’importe quoi malheureusement. Il faut savoir bien choisir qui est respectueux des cétacés ou non. Il me semble qu’au Japon, Izumi Ishii (reconverti au Whale Watching) est soutenu par Richard O’Barry. Enfin, j’ai l’impression que tout ce qui concerne les animaux, mérite toujours de longues recherches/enquêtes pour savoir si ce qu’on fait est éthique ou non.

      Encore merci pour tes commentaires en tout cas !

      Bises,
      Marion

      J'aime

      • Soutenue par Rick O’Bary, ça va, les dirigeants sont pas en prison? :p
        Elle a dû rentrer maintenant, dès que je la vois, je reviens vers toi pour te renseigner avec au moins un nom !
        Il me semble que c’était une espèce de réserve naturelle au Nord de la Thailande, où on pouvait randonner green mais également, rencontrer les populations locales qui vivent du travail de l’artisanat.
        A bientôt,
        Noémie

        Aimé par 1 personne

  2. M’étonne même pas de ne trouver que des attraction animalières…
    Directement liées à l’exploitation animale, ces animations touristiques sont évidemment à bannir des vacances. Comme les visites de Zoo, simplement, autant aller visiter certains refuges qui proposent également des visites avec explications préventives pour l’animal, très intéressantes. Par contre, on ne peut pas toujours voir les animaux qu’on le souhaite, mais ce n’est pas plus mal. L’homme veut toujours tout ce qu’il veut…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s