♦ idées reçues #3 ♦

Pas de dossier cette semaine, mais un peu de préjugés à balayer, puisque vous l’avez vu dans le titre, voici le troisième épisode d’Idées reçues. Alors, Idées reçues c’est quoi ? C’est une rubrique qui a pour but de rétablir la vérité sur des information erronées ou sur des préjugés absurdes, pour vous pousser toujours plus à la réflexion & à faire vos propres recherches avant de croire ce qu’on vous dit. On se pose donc dans son canapé ou sur sa chaise de bureau & on s’instruit 🙂

LES CRUSTACÉS NE RESSENTENT PAS LA DOULEUR.

Beaucoup de personnes s’imaginent que les crustacés ne ressentent pas la douleur lorsqu’ils sont plongés vivant dans l’eau bouillante. Pourtant la réalité est tout autre. Le Professeur Robert Elwood, qui étudie les crustacés depuis une trentaine d’années à l’Université de Belfast, explique que même s’il est difficile de quantifier la douleur chez le Crabe, le Bernard-l’hermitte ou la Crevette, elle est tout de même bien présente. Ces animaux ne se débattent pas simplement par réflexe, & selon les expériences du Professeur Elwood, ils cherchent même à panser leurs blessures après qu’on leur ait administré une douleur. Le doute subsiste encore chez les insectes & les coquillages, mais une chose est sûre ; la douleur ne s’arrête pas au monde des vertébrés.

TOUTES LES CHÈVRES SONT DES BOVIDÉS. 

Nous avons tous appris au cours de notre vie, que les Chèvres appartenaient à la famille des Caprins, qui est une sous-espèce de bovidé, mais toute règle à une exception, & la Chèvre des montagnes rocheuses en est la preuve. Cette jolie Chèvre n’est pas un caprin, pusiqu’elle appartient en réalité à la famille des Antilopes. Elle vit sur les massifs de l’ouest-nord américain, à presque 3 000 mètres d’altitude. Autrefois en danger, sa population se stabilise désormais.

NAISSANCE EN CAPTIVITÉ = ANIMAUX HEUREUX.

Celle-ci je me suis sentie obligée d’en parler, parce que parce que le sujet & cette idée reçue sont encore sortis au cours d’une conversation. Non la reproduction n’est pas un indicateur de bonheur chez les animaux en captivité pour la simple & bonne raison que la plupart de ces fabuleuses naissances sont le fruit d’inséminations artificielles. Par exemple, dans les delphinariums, on masturbe les Cétacés (que ce soit les Orques ou les Dauphins) avant d’inséminer la femelle avec la semence fraîchement récoltée. La manipulation humaine joue un rôle considérable dans les naissances, justement parce que certaines espèces ne sont pas assez heureuses pour se reproduire en captivité.

LE MAMMOUTH, ANCÊTRE DE L’ÉLÉPHANT.

mammouth-laineux.jpeg

Tout le monde connaît le Mammouth laineux, ce gros Éléphantidé de 3 mètres de haut dont le dernier individu a disparu il y a près de 4 000 ans. Il est communément admis que celui-ci est l’ancêtre de notre Éléphant moderne. Pourtant, il n’en est rien. Le Mammouth laineux n’est pas l’ancêtre de l’Éléphant, mais un proche parent de ce dernier. En effet, les scientifiques sont parvenus à déterminer que l’Éléphant d’Asie & le Mammouth laineux sont des cousins (au même titre que l’Homme & le Bonobo par exemple). Cette découverte a été possible grâce à un échantillon d’ADN prélevé sur les os d’un Mammouth laineux mort il y a plus de 18 000 ans. L’ancêtre  de l’Éléphant d’Asie se serait différencié il y a 6 millions d’années, tandis que le Mammouth et l’Éléphant d’Asie aurait divergé 440 000 années plus tard. 

L’EUROPE, VRAIMENT CRUELTY-FREE ?

4883435_7_df0c_un-test-de-produit-cosmetique-pratique-sur-un_b462859bb8441d7fa75f8f3f17b46464.png

Fini les produits de cosmétiques testés sur les animaux dans l’Union Européenne depuis mars 2013 ! Enfin ça, c’est la version officielle, car de manière officieuse les tests sur les animaux ont toujours lieu en Europe notamment via le plan REACH. Qu’est-ce que REACH ? la Registration Evaluation and Authorisation of Chemicals est un plan mis en place par la European Chemicals Agency qui s’assure que les substances utilisées en cosmétique ne soit pas néfaste pour l’homme ou l’environnement. Ainsi, REACH est un répertoire où toutes les substances chimiques utilisées par l’industrie & toutes les informations les concernant figurent. Lorsqu’une marque décide d’utiliser un ingrédient chimique par encore enregistré par REACH (ou lorsque les informations sont considérées comme insuffisantes), les marques doivent alors passer par des tests afin de démontrer que ces substances soient sans danger. Ces tests peuvent tout à fait être pratiqués sur des animaux, lorsque la marque juge qu’il n’y a aucune alternative.

Ainsi s’achève donc ce troisième épisode d' »Idées Reçues« . J’espère qu’il vous a plu & que j’ai pu vous apprendre certaines choses. N’hésitez surtout pas à cliquer sur les liens affichés dans la partie « Sources & supplément d’infos » pour en savoir davantage sur les sujets abordés. Quant à nous, on se retrouve la semaine prochaine pour un nouveau numéro de « Raconte-moi une adoption » 🙂


Sources & supplément d’infos :

Les invertébrés ressentent-ils la douleur sur Maxisciences : ICI

Mountain Goat sur National Geographic : ICI (anglais)

Le Marineland d’Antibes masturbe ses Orques sur Free Dolphin Belgium : ICI

L’insémination artificielle des Eléphants sur Dauphin Libre : ICI

Le Mammouth laineux, cousin germain de l’Elephant d’Asie sur Science & Avenir : ICI

Le règlement européen REACH sur Entreprises.Gouv : ICI

Union Européenne, tests sur les animaux, REACH, on veut des explication sur Maviesanscruauté : ICI

Publicités

3 réflexions sur “♦ idées reçues #3 ♦

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s