Portrait de Sans-voix #10 : Cecil, le Roi de Hwange.

Au coeur de l’Afrique australe, dans la savane Zimbabwéenne, règne en maître un majestueux lion de 13 ans. Cecil – c’est son nom – est un peu la star du Parc National Hwange, cette réserve naturelle qui protège des centaines d’espèces menacées. Les touristes adorent le lion à la crinière ébène & les scientifiques suivent avec attention son parcours depuis qu’ils l’ont découvert en 2008.

Il est vrai que le grand félin sait se faire remarquer. En 2009, Cécil & un autre lion que l’on pense être son frère croisent une troupe de semblables déjà dirigée par un mâle dominant. La rencontre est tendue & ne tarde pas à tourner au vinaigre ; les deux groupes s’affrontent dans un combat sanguinaire où le compagnon de route de Cecil perd la vie, tandis que du côté de l’ennemi, le chef de troupe est sévèrement blessé. Un état grave qui obligera les rangers du parc à abréger les souffrances de l’animal. Cecil est lui aussi gravement atteint par cette dispute, mais parvient à survivre en se repliant vers une autre partie de la réserve. C’est là qu’il fonde sa propre tribu. Une famille d’une vingtaine de membres.

Mais la vie d’un lion sauvage est teintée d’imprévisibilités, & en 2013, sous la pression de deux jeunes mâles, Cecil se voit contraint d’abandonner sa troupe & de fuir à l’autre bout du parc. C’est là qu’il fait la rencontre d’un nouveau compagnon de route, JerichoEnsemble, ils créent une nouvelle troupe comptant six femelles & plus d’une douzaine de lionceaux.

À ce moment, le Roi du Parc National Hwange ignore qu’à l’autre bout du monde, se prépare un terrible plan à son encontre. Walter Palmer, la cinquantaine passée, est un riche dentiste américain au passe-temps pour le moins douteux. Lorsqu’il n’est pas en train de soigner les maux de dents de ses patients, Walter Palmer aime s’adonner à la chasse aux trophées : Elans, bouquetins, léopards, wapitis… Aucun animal ne semble résister face à l’appétit sanguinaire du médecin dentiste & sa soif de braconnage n’a pas de limite, même après avoir été condamné en 2008 pour une chasse à l’ours noir dans une zone non autorisée du Wisconsin. Il est vrai que l’argent peut presque tout acheter, en tout cas il peut donner le droit de vie ou de mort d’une espèce non humaine. Pour Cecil, 50 000€ auront suffi pour se lancer à sa poursuite.

Ainsi à l’aube de l’été 2015, alors que Cecil jouit encore de ses derniers instants de félicité, Walter Palmer s’envole vers le Zimbabwe. La rencontre entre les deux individus est organisée par Theo Bronkhorst, un guide de chasse professionel. Mais pas question de tuer Cecil au sein du Parc National Hwange, sous peine de se faire arrêter. Il faut l’attirer en dehors. Appâté avec une carcasse d’animal, Cecil ne se doute pas qu’il entre dans un piège mortel. Une première flèche est tiré ! Le coup d’envoi d’une traque sans merci. Cecil se débat, s’échappe, s’épuise… 40h de poursuite & de course contre la mort. 40h avant que ne sonne le glas, pour le Roi de Hwange. À bout de force, l’animal s’écroule & son meurtrier l’achève au fusil. Sa tête – le trophée tant convoîté par Walter Palmer – lui est ôtée, il est dépecé & son collier émetteur, prouvant que l’animal était étudié, lui est arraché. Non, il ne faut savoir que Cecil était protégé.

Le 1er Juillet 2015, le Zimbabwe entre alors en deuil. Lorsque les rangers du parc retrouvent le corps de Cecil, ce dernier n’est plus qu’un squelette sans tête autour duquel les vautours & autres charognards se partagent les restes de chair. Très vite, les membres de l’équipe remarquent les traces de pneus d’un véhicule . Cecil a donc bien était braconné. Quelques jours plus tard,  grâce aux travail de la Zimbabwe Conservation Task Force et de la police, Walter Palmer est identifié comme l’auteur des faîts. Pourtant malgré les aveux du dentiste & les pièces à conviction qui prouvent indéniablement le crime, Walter Palmer n’est pas condamné pour la mise à mort de Cecil, les autorités estimant que ses papiers étaient en règle & que le dentiste ignorait qu’il chassait en terrain protégé. Même la somme d’argents versée pour tuer le grand félin a été faite dans la légalité. Seul Theo Bronkors est poursuivi pour avoir enfreint les règles de chasse.

♦ ♦ ♦

Malgré le retentissement mondial qu’aura connue la tragique histoire de Cecil, le lion n’obtiendra donc jamais justice. Pire encore, alors que l’on promettait une surveillance plus accrue pour protéger les animaux victimes de braconnage, deux ans après la mort de Cecil, l’un de ses fils – Xanda – a lui aussi été abattu par un chasseur aux abords du Parc National Hwange.

06cecilgallery.ngsversion.1467309601066.adapt.676.1


Sources & supplément d’infos : 

« Le lion Cecil savait qu’il était le plus grand » sur Ouest France : ICI 

« Pourquoi Cecil le lion était si populaire » sur National Geographic : ICI (anglais)

« La mort du lion le plus aimé du Zimbabwe lance un débat sur la chasse » sur National Geographic : ICI (anglais)

« Cecil le lion : du statut de Roi au statut de victime » sur The Telegraph : ICI (anglais)

« Le magnifique lion Cecil tué, dépecé & décapité par des chasseurs » sur Le Nouvel Obs : ICI

 

« Le lion a crinière noire tué par un dentiste américain » sur LCI : ICI

« Qui est Walter Palmer, le dentiste accusé d’avoir massacré le lion Cecil ? » sur Libération : ICI

« Le tueur du lion Cecil ne sera pas poursuivi au Zimbabwe » sur Vice News : ICI

« Derrière Cecil le lion, l’épineuse question de la chasse au trophée » sur Blog Ecologie le Monde : ICI

« La mort du lion Cecil n’a pas été vaine » sur Le Monde : ICI 

« Zimbabwe : Un des descendants du lion Cecil abattu par un chasseur » sur Le Monde : ICI

 

 

 

 

Publicités

2 réflexions sur “Portrait de Sans-voix #10 : Cecil, le Roi de Hwange.

  1. Une tragique histoire, encore une fois !
    Merci d’avoir rendu hommage à Cecil, ce superbe lion qui ne méritait pas une telle fin… je trouve ça vraiment choquant que justice ne lui soit pas rendue. L’argent me dégoûte vraiment quand il est utilisé à mauvais escient 😦

    Aimé par 1 personne

    • Tu as raison, l’argent permet parfois de faire d’horribles choses… Le pire dans toute cette histoire c’est qu’à l’heure d’aujourd’hui rien n’a bougé pour les espèces victimes du braconnage au Zimabwe.

      Bises,
      Marion

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s