CCR #4 : Je ne suis pas un régime alimentaire.

Quand vous dîtes à une personne que vous êtes végétarien ou végétalien, souvent quelque chose change pour elle, comme si vous ne lui aviez pas tout dit, comme si la perception que cette personne avait de vous était tronquée jusqu’à lors. Pourtant, je n’ai jamais eu l’impression que mon régime alimentaire définissait ce que j’étais dans la vie de tous les jours. Il faut dire que mise à part ce qui a changé dans mon assiette depuis 2 ans, mon quotidien reste le même.

Alors je me suis posée la question ;  Pourquoi selon certaines personnes, le végétarisme & le véganisme constitue votre identité ? 

Peut-être parce que justement certains véganes ne se définissent plus que par ça (ça existe aussi chez les végétariens, mais j’ai l’impression que c’est moins le cas). Il n’est plus seulement question d’adopter un mode de vie éthique qui passe de l’assiette à l’habillement. Toutes leurs actions sont dirigées par le veganisme. Tout est qualifié végane, même ce qui n’a pas besoin de l’être  :

« Samedi prochain : Samba végane les végépotes ! »

Bon, j’avoue que ça me fait marrer plus qu’autre chose parce que j’ai un minimum de second degré, mais parfois c’est vrai que je ressens un léger malaise lorsqu’on m’associe à ce genre de comportement. Déjà il faut le dire, de base, je suis plutôt anticommunautariste. Toutes les communautés, quelles qu’elles soient m’effraient parce que j’ai toujours l’impression qu’elles divisent au lieu de rassembler & qu’elles nous rangent dans des cases avec de belles étiquettes qui biaisent forcément ce que nous sommes.

Je n’ai jamais vraiment appartenu à un groupe social. Mes relations amicales ont toujours été éclectiques parce que je crois que c’est la différence qui m’attire & qu’au fond, je suis toujours plus intéressée par une personne qui me remet intelligemment en question (et que je puisse en faire autant auprès d’elle), plutôt que par quelqu’un qui me conforte aveuglément dans mes idées. C’est peut-être pour cette raison que je n’ai pratiquement aucun végétarien ou végane dans mon entourage proche (bon faut dire que vous courrez pas les rues non plus), parce que finalement je ne cherche pas à être amie avec une personne juste parce qu’on partage le même régime alimentaire, de même que je ne cherche pas à être amie avec un omnivore qui ne me perçoit que comme une mangeuse de graines & qui ne voit pas au-delà.

Non, ma personnalité n’est définitvement pas réduite à mon mode de vie


Disclamer : Cet article n’a pas pour but d’attaquer qui que ce soit (ça ne me pose aucun problème que vous vouliez être communautariste et que vous ne pensiez pas la même chose que moi sur le sujet). J’avais juste envie de partager mes impression & mon ressenti personnel en ce moment (désolée si je suis un peu brouillon).  D’ailleurs je serais ravie si vous m’exposiez votre point de vue sur la question 🙂 

Publicités

10 réflexions sur “CCR #4 : Je ne suis pas un régime alimentaire.

  1. Plutôt d’accord ; après la frayeur passée d’avoir cru que tu déclinais le proposition que quelqu’un te mange (cf. lecture derridienne de ton titre) !!! :O
    Sinon ajouter à cela que pour nous le véganisme aura été l’occasion de faire des rencontres passionnantes, voire se refaire des ami-e-s <=== d'apprendre l'écriture inclusive 😉 et d'étendre justement nos compréhensions et perceptions, etc. Cela dit tu as raison Marion, être en communauté crée des troubles et des divisions. Et dans la cause animale les principales/aux intéressé-e-s n'en ont pas besoin. Enfin, nous n'allons pas refaire l'humain…. si ? boh…pfff……
    Belle journée à toi.
    Bises à Kafka.
    K&M

    Aimé par 2 people

    • Mdr non je vous rassure tous les deux, je n’ai pas encore rencontré d’Armin Meiwes Bis (ça serait vachement flippant quand même).

      Oui chacun a son expérience. Je connais beaucoup de personnes qui sont dans le même cas que vous. C’est vrai que pour moi les rencontres ont un constat plus nuancé, même si j’ai fait aussi de belles rencontres, c’est juste que les personnes végés/véganes ne représentent pas la majorité de mes relations 🙂

      Bises à vous deux,
      Marion

      Aimé par 1 personne

  2. bonjour, Je suis devenue végétalienne il y a à peu près 5 ans, lorsque le déclic s’est produit, c’est à dire quand j’ai su que si je continuais à remplir mon assiette de succulent poulet rôti ou encore de délicat ris de veau, je participais à l’holocauste perpétré à l’encontre des animaux. Mais les choses sont allées beaucoup plus loin car le bien-être ressenti à tous points de vue m’a donné envie de continuer sur ma lancée, c’est à dire fabriquer la plupart de mes produits nettoyants, ne plus porter de cuir, laine etc…
    Trop indépendante, je n’ai jamais pu appartenir à un groupe car je m’y sens étriquée et mal à l’aise mais je me suis rendue compte aussi que ma nouvelle façon de vivre m’éloignait des gens de mon entourage et ceci pour une raison bien simple : si je défends une cause de tout mon coeur, je ne peux pas faire « ami-ami » avec ceux qui s’en moquent ou encore qui participent à la curée, je préfère donc rester dans mon coin avec mes idées et faire ce que ma conscience me dicte en toute tranquillité.
    Vous me direz peut-être : »mais ne pensez vous pas que vous devriez essayer de convaincre ceux qui ne le sont pas » ? et je réponds non ! car je crois qu’il s’agit vraiment d’un déclic qui se produit quand l’individu est prêt à changer comme j’ai toujours crû aussi que les messages passent par l’exemple que l’on donne, ce qui est bien plus parlant que toute explication fleuve. Amicalement.

    Aimé par 2 people

    • Merci pour ton avis très intéressant. Je suis contente de voir des points de vue différents 🙂

      Je vois qu’on se ressemble sur le fait de se sentir vite étouffée lorsqu’on appartient à un groupe social bien défini.
      Après il est vrai que contrairement à toi le fait qu’une personne soit omnivore ne m’empêchera pas de lier une amitié avec elle, à partir du moment où cette personne n’a pas l’esprit étriqué.
      Pour ce qui est de ta position sur le fait de convaincre ou non les autres, je suis d’accord. C’est à la personne en face d’avoir le déclic 🙂

      Bises amicales,
      Marion

      Aimé par 1 personne

  3. J’ai l’impression qu’il y a aussi une volonté parfois de se montrer comme une bande de potes cool, pour donner envie de partager ça, montrer qu’on se débrouille, qu’on vit des choses sympa (un peu comme le VG camp ce genre d’initiatives). Le côté piège c’est qu’à l’inverse ça peut faire très « vase clos » et dissuader au contraire. Un équilibre de plus à trouver, ça en fait quelques uns !

    Aimé par 1 personne

      • Oui sans doute qu’on a pas tous les mêmes besoins sociaux ! j’ai pas mal de « potes » véganes mais pas forcément les potes très proches, et en même temps ça me dérange pas du tout… d’autant plus que je vois ces amis en question évoluer, consommer moins de viande, certains sont carrément sur le chemin du végétarisme

        Aimé par 1 personne

  4. Coucou Marion !
    Franchement, je suis d’accord avec ce que tu écris dans ton article 🙂 Si le végétalisme/véganisme est à la base un très beau mouvement éthique, les gens commencent à se coller des étiquettes et à faire un tri dans leur entourage…

    Pourquoi « sélectionner » les personnes qui nous entourent de manière à ce qu’elles correspondent à notre façon de vivre ? Ce n’est pas un choix judicieux, je trouve. Parce qu’au lieu d’inciter nos proches (famille, ami(e)s, collègues, etc…) à s’intéresser au mode de vie que nous avons choisi, à mieux connaître le sujet et à peut-être opérer peu à peu un changement dans leurs actions quotidiennes, on les braque et on les rebute.

    Avoir des ami(e)s qui partagent nos convictions, c’est toujours super. Mais l’alimentation végétale, et plus généralement, le mode vie végétal, se transmet, s’acquiert progressivement… Un végétalien/végane a déjà changé sur de nombreux points, tandis qu’un omnivore a besoin qu’on le renseigne et qu’on lui explique le principe de tout cela.

    En bref, je pense que nous fréquentons les personnes que nous voulons : chacun est libre de voir qui il veut. Mais changer, passer d’un stade à un autre, implique d’être ouvert et éclectique à toutes les bonnes volontés 😉

    Je te fais des bisous ❤

    Sue-Ricette

    Aimé par 1 personne

  5. Marion, je t’adore tellement ! Merci pour cet article, j’en peux plus de ces vegans qui casent « vegan » n’importe où. J’adore me dire que je fais partie d’une grande communauté qui oeuvre pour le bien-être animal, mais on a tous nos méthodes et je n’aime pas l’idée qu’on soit « jugé » parce qu’on en fait pas assez (genre des meeting devant les abattoirs). Chacun fait ce qu’il peut à son échelle.
    Pour ma part, je ne manifeste pas, en attendant, je convertis petit à petit ma famille à une alimentation végétalienne et ils font tous l’effort de penser le menu en vgl quand je viens (et pas juste un plat pour moi en vgl et en vgt pour mon chéri). Alors oui, on sauvera pas le Monde comme ça mais les deux actions vont ensemble puisque c’est ensemble qu’on fera avancer le bien-être animal.

    Bref, merci encore pour cet article !
    Little No’
    http://touchesdenvie.wordpress.com

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s